dimanche 9 octobre 2016

Kaléidoscope ou le festival des émotions contradictoires: le contexte derrière ce titre peu orthodoxe

                         Je ne prendrai pas des pincettes pour rentrer dans le vif du sujet. Qu'est-ce qui m'est passé par la tête quand j'ai nommé mon premier livre ainsi? Eh bien, voici l'histoire derrière ce titre hors du commun. J'ai commencé à écrire depuis l'âge de 8 ans. J'écrivais des contes pour enfants que ma petite soeur et moi illustrions au fur et à mesure que notre imagination dérivait dans le monde des rêves et de l'invraisemblable. Je crois que j'avais environ 15 ans quand j'ai commencé à écrire des poèmes.  Le tout premier que j'ai écrit c'était sur l'amour, mon premier amour de jeunesse pour être précise. Je pressens que je vais me heurter au scepticisme de plus d'un qui me diront avec raison que c'est la chose la plus ordinaire qui soit. Et bien de mon côté, je l'ai vécu différemment. Pour être franche, j'ai rencontré ce jeune adolescent de 3 ans mon ainé avec tous ses tourments et crises existentiels qui semblait malgré tout prendre à coeur la mission qu'il s'était donnée, c'est à dire de me séduire et d'être mon premier copain. 
          À l'époque où les cellulaires émergeaient à peine et que nous faisions que parler quelques minutes grassement payées aux frais de parents mécontents qui fournissaient en argent de poche si nous étions sages, nous avions débuté la découverte de l'autre à travers des missives, et oui les bonnes vieilles manuscrites. Au lieu de nous embourbés dans le baratin habituel, nous étions plus tôt attirés par le mystère qui se cachait derrière chacune de nos lettres. Je m'avance même à dire qu'elles dégageaient une certaine philosophie d'une jeunesse sentimentale qui semblait vivre la superficialité avec lettres capitales. Dans les miennes, je débattais toutes les raisons du monde qui faisaient en sorte que je ne serai jamais sienne à cause de ma méfiance et mon caractère tout feu tout flamme de l'époque. Mes sujets passaient de l'ambiance réticente de la timide attraction qui naissait, la passion découverte au passage, ce que je pensais des jeunes hommes haïtiens de mon époque et même quel genre de mère que je me voyais être.  J'ai écrit sur la haine, il m'a parlé de trahison; je parlais d'attirance sexuelle et il argumentait sur les atouts qu'il avait pour me faire tomber amoureuse même si face à moi, il devait se démener pour y arriver. 
               Mon Dieu! Quand j'y repasse maintenant,  près 15 ans plus tard après une rupture à l'amiable de mon côté et un mariage pour lui avec sa deuxième meilleure amie, je reprends mes textes tous datés de l'époque et je me dis oui j'étais une boule d'émotions à l'état brut qui me faisaient chevaucher un carrousel des plus loufoques. Force est de constater que loin d'être des textes épurés et mièvres, les poèmes que j'ai récrits et recorrigés ainsi que ceux que j'ai écrits depuis je demeure à Montréal, j'ai toujours su reconnaitre la parcelle de moi-même qui jaillit de l'encre de ma plume. Imaginez un instant que je vous parle d'un amour précieux qui mérite d'être vécu comme dans ce paragraphe:

"Il faut bien reconnaitre que l’amour ne rime pas souvent avec toujours,

On a au contraire l’impression que l’on danse un ballet insensé
Dans les flammes de l’enfer, une condamnation endurée patiemment
Par un cœur qui a voulu aimer malgré tout;
Mais ce qu’il finit par lui couter, ce sont des larmes amères
Et des cicatrices si profondes qu’elles peinent vainement à guérir.
Alors on est tenté d’y renoncer de manière légitime :
À tord ou à raison à quoi cela servira t-il
De payer ce prix au détriment de soi-même?"  
        ***Extrait de Aimer une fois du livre "Kaléidoscope ou le festival des émotions contradictoires" 
       Puis de lire les phrases suivantes, extrait de À ce qui disent qu'ils aiment
"Ne me parlez pas d’amour,
Vous ignorez le sens même de ce mot.
Ne me dîtes surtout pas que vous savez aimer,
Vous qui prenez la possessivité pour l’affection,
La jalousie maladive pour une manière d’aimer".
       Et un dernier pour clore le bal sur une bonne note, extrait de Et si on s'aimait?
"Lasse que tu fixes sans cesse l’horizon
Sans savoir exactement ce que tu cherches réellement;
Agacée que tu dessines un arc-en-ciel dans mes yeux
Au lieu d’y déceler l’intensité de mon désir".  
           Et la meilleure chose dans toute cette démarche, c'est la page Facebook que j'ai créée en mai dernier qui compte plus de 20000 fans qui ont les mêmes goûts artistiques, cultures, philosophes ainsi que des principes morales dans le respect des droits d'autrui, comme le respect de son opinion. Ce sont pour toutes ces raisons qu'il me paraissait judicieux d'appeler mon livre de 31 poèmes, 31 sujets, des émotions qui vous frémir j'espère lorsque vous les lirez.  
               N.B: mon livre ebook se vend en ligne sur Amazon. Les différentes devises monétaires sont pour la plupart auprès. Au plaisir d'avoir vos commentaires.
   Lien pour acheter mon livre format papier sur Amazon. La version Kindle est également disponible. 
https://www.amazon.ca/gp/offerlisting/1539333167/ref=sr_1_2_olpie=UTF8&qid=1476043934&sr=82&keywords=kaléidoscope+ou+le+festival+des+émotions+contradictoires
Alexa Madrexx

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Mon cadeau pour le week-end!

         Je vous propose le tome 2 de mon roman " Forfait parental tout inclus: l'autre famille dans le placard" gratuiteme...