vendredi 7 octobre 2016

Tourbillon de malheurs sous la puissance de l'ouragan Matthew


"Pourquoi encore des pourquoi?
 Et toujours sans réponses face à tant de désolation et de dérive humaine?
Que dois-je faire pour alléger cette souffrance qui m'étreint le coeur jusqu'à le briser?
Pourquoi moi? Pourquoi nous? Encore des pourquoi sans réponses.
Je n'ai trouvé aucune solution mais la lueur d'espoir qui brille quelque part en moi, même timidement
Me permet d'avancer dans cette vie chamboulée.
Pourquoi eux? Pourquoi encore Haiti?
On n'a pas choisi, on a seulement subi
Et cette dévastation loin de me mettre à genoux,
                                                     Renforce ma foi en un avenir meilleur" Alexa M.

            Je ne veux pas me la jouer pessimiste mais force est de constater que mon pays d'origine Haiti a été soumis une fois de trop à la puissance impitoyable de Dame Nature qui semble vouloir dépouiller encore et encore cette perle des Antilles contaminée et sans valeur aux yeux de l'humanité. S'il est vrai que le climat socio-économique et politique a traumatisé mon enfance et mon adolescence, je ne peux nier que tout ce que j'ai vécu là-bas comme terreurs, mésaventures, doutes et euphorie éclair, a contribué à l'adulte que je suis devenue. Une adulte, malgré les cadeaux de la vie, s'applique à rester humble et sage, ne prenant rien pour acquis sous ce ciel changeant; une adulte qui malgré les épreuves et peurs est devenue plus forte et plus reconnaissante d'exister. 
          La nuit du 4 ou 5 octobre 2016 va rester dans les annales de l'histoire haïtienne. Une fois de plus, le pays a subi une autre catastrophe dévastatrice en essuyant un ouragan de force 4 sur une échelle de 5 augmentant plus qu'on imaginait la vulnérabilité de ce pays à l'équilibre vacillant et précaire. Et moi qui pensais que notre plus grande catastrophe naturelle demeurerait incontestablement le tremblement de terre du 12 janvier 2010, j'étais complètement abasourdie. Comment était-ce possible? Comment cela se pouvait-il de tomber plus bas alors que l'on croyait avoir touché le fond? Rien qu'à me creuser la tête, j'ai des frissons qui me parcourent l'échine. C'est une histoire très déroutante. Le monde a été balayé de tellement de photos montrant les gens en détresse, des villes submergées et des milliers de terre cultivables et bétail emportés par les eaux...ouf! J'ai décidé que j'en ai eu mon quota. Malgré tous mes compatriotes font encore preuve d'une résilience inconditionnelle qui frise presque l'absurdité. Ça doit être l'instinct de survie. Bonne ou mauvaise chose, on ne peut pas trop leur en vouloir. Peut-être est-ce leur capacité d'autodéfense face à l'adversité. 
           Poussant un soupir à fendre l'âme, dans le secret de mon coeur, je prie avec ferveur que la prochaine fois que la nature soit plus clémente à notre égard. 
Alexa Madrexx

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.