mardi 29 novembre 2016

Ces jeunes femmes que monnayaient les soldats humanitaires pour leur plaisir

           



                  Mettons les choses au clair en partant: je ne suis pas entrain de dénigrer les jeunes femmes haïtiennes qui sont d'ailleurs mes compatriotes ni ces soldats de la MINUSTA (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haiti), qui sont présents sur nos sols depuis l'année 2004. Ils font partie intégrante de ce décor inégal qui a toujours caractérisé à tord mon pays d'origine. Quand je discutais avec des parents, amis ou proches, presque tous s'unissent pour dire que les jeunes femmes de ma génération qui sont portées à être attirées par le bien matériel sans lever le petit droit, les jeunes hommes aussi sont du même cas. Comme si cela ne suffisait pas, l'omniprésence des transferts d'argent ou de nourriture, inévitables par des membres de la diaspora haïtienne un peu partout dans le monde, sont devenus quasiment la principale source de revenue d'une grande majorité de familles haïtiennes. Pires encore, auparavant au dépannage, des personnes malententionnées sont à l'affût de stratagèmes les plus complexes pour soutirer de l'argent à une personne de cette diaspora. 
               C'est là que ces fameux soldats rentrent en scène. Vous savez, quand ces personnages sont arrivés en Haiti en 2004, j'étais quasiment cloitrée chez moi regardant à travers une fenêtre avec rideaux translucides les manifestations violentes qui déferlaient les rues de la capitale. Je n'avais pas à regarder les nouvelles ou écouter la radio car il manquait l'électricité parce que j'étais quasiment en première loge dans le quartier résidentiel de mon enfance. Je me souviens encore des conversations de mes compagnes de classe au secondaire, j'étais dans une école catholique privée, les jeunes filles de 15 à 17 ans les plus audacieuses qui se vantaient d'avoir plusieurs prétendants qui pouvaient subvenir à leurs besoins matériels en un claquement de toi. Ajoutées à ça les anecdotes et les histoires d'exploitation sexuelle qui couraient dans la capitale défraîchie sur les soldats provenant de multiples horizons qui profitaient de nos plages ensoleillées et des plus belles femmes haïtiennes, le mythe est devenu une bien triste réalité. Mêmes les jeunes femmes les plus innocentes qui prétendaient d'avoir trouvé un homme blanc qui les aimaient corps et âme n'ont pas échappé à ce lot: pour quelques dollars verts US, les cellulaires à la carte étaient garnis, les dépenses quotidiennes et prioritaires assurées ainsi que le gagne-pain d'une famille vulnérable assurés, elles ont pensé tout bonnement qu'elles ont gagné le jackpot. Force est de constater qu'à leur dépend, ces hommes venus d'ailleurs, profitant du manque à gagner et des innombrables failles du système socio-économique et politique, étaient les heureux gagnants au bout de la ligne. En effet, être en Haiti signifiait ne pas être au front d'une guerre sanglante avec leur solde gagné et leur position, ils étaient considérés comme des millionnaires privilégiés. Les jeunes femmes, loin de meubler leur esprit et de produire à la sueur de leur front, avec une relation avec l'homme-soldat parfait, voyaient leur loyer, les factures et les comptes réglés, les téléphones cellulaires qui ruinent le système car le téléphone fixe a carrément disparu de la circulation, étaient rechargés à bloc. Les jeunes hommes haïtiens, mêmes ce qui sont honnêtes, sont obligés de faire des choix peu orthodoxes pour conquérir leurs dulcinée pendant les soldats et mêmes des compatriotes haut placés ricanent, spectateurs de ce spectacle désobligeant et grotesque.
   
         
          J'ai écrit ces quelques lignes pour me vider le coeur et même si je n'ai pas les moyens de changer les choses, j'espère que je susciterai plus d'un à la réflexion sur ce fléau de société qui devient un cancer dans mon pays. À toutes les femmes haïtiennes et ailleurs dans le monde, spécialement celles qui vivent ou proviennent d'un pays défavorisé comme moi, vous valez beaucoup plus que cela et ne laissez personne vous persuader que votre personne peut avoir un pris pour la satisfaction des gens malhonnêtes. 
Alexa Madrexx

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Décompte pour Noël: entre attente et appréhension

      ***         La période des fêtes est avant tout une saison colorée en Amérique du Nord: des sapins enneigées et illuminés, les vi...