mardi 22 novembre 2016

Quand la tête bourdonne et que le physique nous fait défaut

           Je n'ai pas été très bavarde sur mon blogue ces derniers jours. Quand ce n'est pas la douleur ou la migraine omniprésentes qui me terrassent, c'est une de la vingtaine de symptômes de ma fibromyalgie  qui m'empêchent de travailler à mon rythme. Mon cerveau a au moins recommencé à fonctionner normalement après l'avoir bombardé de suppléments d'omega 3 mais la seule chose qui m'embête, c'est sa performance à la vitesse turbo qui fait en sorte que mes idées fusent dans ma tête sans que mes doigts engourdis par la paresthésie (diminution de sensation et de perte de sensibilité à cause d'une atteinte nerveuse) n'arrivent à suivre. La situation n'est pas si désespérée car j'arrive au moins à écrire ce je veux même si c'est pas dans les délais souhaités. Quand on souffre de ce mal invalidant, on apprend très vite que le secret d'une adaptation réussie est de laisser au placard le perfectionnisme et l'autocritique sévère. C'est la meilleure approche pour mieux réussir ce que je fais. Ça m'a pris du temps de le réaliser mais comme dit l'adage vaut mieux tard que jamais. À la prochaine moussaillon!
Alexa M
***crédits photo de Google images/site de soutien pour la fibromyalgie. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Laissons les fantômes du passé dans les placards!

     *** courtoisie photo: Google images      Quand je veux me débarrasser des souvenirs de quelqu'un, je fais en sorte d'e...