lundi 29 mai 2017

Le clown triste en chute libre


***crédit photo: Google images

              J'ai toujours eu horreur des clowns. Est-ce parce que je n'ai jamais eu à propos dit le sens de l'humour? Pas exactement. Je n'ai jamais été du genre futile ni spontanément. Certains ont même qualifié ma personnalité de calculatrice et froide à l'époque de mon adolescence au collège chez les Soeurs. Puis je me suis souvenue des leçons de littérature française qu'on y donnait. La plupart des grands noms de cet art que j'adulais avait des traits de personnalité complexes, une façon polie de dire qu'ils souffraient de problèmes de santé mentale. Beaucoup d'entre vous sourcilleront en lisant ces phrases mais vous vous replongerez dans vos souvenirs. Jean Jacques Rousseau était schizophrène, Alfred de Vigny ne s'était jamais remis de la mort de sa dulcinée et cela transparaissait dans ses oeuvres... Comme si les âmes les plus tourmentées pouvaient créer les plus belles créations. Cela se passe même encore aujourd'hui avec nos artistes. Vous me comprenez mieux maintenant? 
***crédit photo: Google images

                  Revenons à mon clown triste. La première pensée que vous avez lu au début de l'article est celle que j'ai écrit alors que mon cerveau était noyé d'idées noires. J'ai aussi écrit des poèmes d'amour alors que j'ai vécu une rupture amoureuse. J'ai pleuré à chaque larme pendant que je rédigeais les deux premiers tomes de mon roman. Par contre, je me maquillais suffisamment pour faire des vidéos marketing et convaincre mes lecteurs. Je n'aime pas les clowns mais je me suis toujours considérée comme un clown triste: j'ai ri avec la gorge nouée, j'ai inventé mes plus beaux textes alors que je touchais le fond. Je traverse des périodes difficiles de ma dernière vingtaine toutefois je décide de ne pas écrire uniquement ce que mes idées noire m'indiquent. Je préfère y mettre de la couleur et un peu de panache qui me fassent sourire à travers mes larmes. C'est à ce moment précis que je me suis rendue compte que je suis devenue une artiste, une auteure, un écrivain car à travers mes tourments, je peux également créer de belles choses. 
             Le clown triste a décidé de façonner le monde à sa façon pour avoir droit à une parcelle de bonheur. Je dédis ce texte à toutes les personnes qui souffrent de dépression majeure ou/et chronique, de problèmes de santé chroniques, mentales ou situations de vie complexes. Mêmes les plus grands de ce monde ont touché le fond, c'est ce qui leur a permet d'atteindre le sommet et d'y rester
Alexa Madrexx


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre opinion est importante pour moi. Je vous invite à me faire de vos impressions sur mes textes. Il me fera plaisir d'en parler avec vous.

Laissons les fantômes du passé dans les placards!

     *** courtoisie photo: Google images      Quand je veux me débarrasser des souvenirs de quelqu'un, je fais en sorte d'e...